migraine

MIGRAINE ET MAUX DE TÊTE

Migraine

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe la maladie migraineuse au 20e rang des maladies ayant un impact sur le handicap et l’altération de la qualité de vie.  Quelles médecines douces utiliser pour de réduire les migraines ?

Qu’est-ce que la migraine ?

Parmi les maux de tête les plus fréquents figurent la migraine. Fréquente chez 7 millions de personnes dont 2/3 sont des femmes, cette douleur dure de 4h à 72h.

La migraine est une céphalée (mal de tête), le plus souvent unilatéral.

Elle peut survenir plusieurs fois par semaine ou quelques fois par an. La fréquence des crises dépend de chacun.

Les symptômes sont :

  • céphalées de tension intenses, avec une sensation d’oppression au niveau de la tête,
  • d’une gêne à la lumière et au bruit,
  • de nausées, voire de vomissements,
  • difficulté d’élocution,
  • fourmillements,
  • pâleur, faiblesse, sensation de chaud ou de froid,
  • augmentation des symptômes lors des efforts physiques.

Ces “migraines sans aura” représentent ¾ des migraines et débutent directement par les maux de tête. Les “migraines avec aura” présentent des symptômes annonciateurs tels que des troubles visuels (tâche noirs, « trous » dans le champ visuel). Les migraines ophtalmiques sont un type de migraine avec aura qui touche 3% de la population.

Il est difficile de connaître les causes de la migraine. Les facteurs déclenchant peuvent être le stress, certains aliments, la lumière accrue, les changements de conditions (déménagement…), les règles, les troubles du sommeil, etc.

Sans conséquences immédiates pour la santé, la migraine peut cependant devenir un réel handicap, obligeant souvent la personne à s’isoler dans le noir. Le migraineux est contraint d’arrêter ses activités et de rester allongé, le temps que la migraine passe.

Dans certains cas, la crise de migraine présente des symptômes tels que douleurs à l’arrière de la tête, troubles sensitifs, troubles visuels et de la parole et altération de la conscience. On parle alors de migraine hémiplégique.

Quelles médecines douces contre les migraines ?

Il est possible de soulager la crise de migraine grâce à des médicaments tels que le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou l’aspirine. Le Nurofen Flash, pris dès l’apparition des premiers symptômes, a une efficacité significative sur la durée et l’intensité de la migraine.

Pour un traitement plus en profondeur afin de diminuer la fréquence des migraines, le patient peut agir sur certaines causes (alimentation, stress, sommeil…). Les médecines douces peuvent ainsi être d’une grande utilité.

La Médecine Traditionnelle Chinoise et plus particulièrement l’Acupuncture est très utilisée en Chine pour diminuer les maux de tête. Une étude a mis en avant l’efficacité de cette pratique contre les migraines, à raison de 2 séances par semaine pendant 10 mois.

La Naturopathie pourra vous aider à diminuer vos migraines grâce aux conseils du praticien en alimentation et phytothérapie. Certains aliments comme l’aspartame engendrent les migraines, certaines plantes comme la camomille les préviennent. Un naturopathe pourra donc vous conseiller les aliments et plantes les plus adaptées à votre situation.

La Sophrologie, de par son action sur le stress, peut être une pratique efficace contre les migraines. Cette médecine douce corps-esprit, grâce aux exercices de relaxation, de respiration et de visualisation, permettra de diminuer son stress et ses troubles du sommeil, afin de réduire les migraines.

En Hypnose, une étude contre la migraine, menée sur 42 patients divisés en 2 groupes souffrant de migraines, a montré que le groupe ayant suivi de l’hypnothérapie a eu une réduction de la fréquence et de la durée, ainsi que de l’intensité (-30% en moyenne). 

L’Ostéopathie et la Chiropraxie sont des pratiques manuelles utiles en cas de migraines. Les manipulations et mobilisations sont jugés efficaces pour les maux de tête liés aux cervicales.

Enfin, les Soins Énergétiques agissent bien sur le mal de tête ainsi que sur les nausées. Pour une meilleure efficacité, il est préférable de consulter au moment de la crise migraineuse.

Les médecines douces ne remplacent pas un traitement médical. Consultez d’abord votre médecin en cas de maladie ou de malaise.