accompagnement accouchement

GROSSESSE ET PÉRINATALITÉ

Accompagnement à l’accouchement

Environ 20 % des femmes s’inquiètent à propos de leur accouchement (le travail et la délivrance, plus précisément). Découvrez quelles médecines douces choisir pour la préparation à l’accouchement.

Pourquoi se préparer à l’accouchement ?

Accoucher est un acte merveilleux, mais également extrêmement douloureux. Il n’est pas rare que les futures mamans s’inquiètent, notamment pour leur premier accouchement.

Se préparer à l’accouchement, c’est réfléchir aux moyens médicaux acceptés : accouchement par voie basse (accouchement vaginal), accoucher sans péridurale ou avec anesthésie péridurale, césarienne, forceps. La femme peut également choisir entre un accouchement à domicile ou en centre hospitalier. Certaines femmes souhaitent accoucher dans l’eau. Les propriétés relaxantes de l’eau atténuent la douleur et provoquant une sensation de bien-être pour la maman et le bébé.

La préparation est un travail physique et psychologique. Les mamans ont droit à des cours de préparation à l’accouchement par des sages-femmes ou en maternité, dès le 6ème mois. 8 séances de préparation à la naissance remboursées par l’assurance-maladie.

Sur le plan physique, la femme réalise des entretiens corporels, avec des exercices de respiration, des mouvements de bascule du bassin, la prise de conscience du rôle du périnée ainsi que l’essai de différentes positions pour accoucher d’un enfant. Le but est d’accompagner les futurs parents dans leur projet de naissance.

Enfin, la maman doit se préparer aussi aux imprévus et complications possibles. Hémorragie de la délivrance, césarienne en urgence, accoucher avant terme, déchirure, réanimation du nouveau-né en salle de naissance…

Psychologiquement, la femme peut être accompagnée pour apprendre à mieux gérer la douleur des contractions pendant le travail, à accepter les changements de son corps, à diminuer ses douleurs de dos, à bien vivre sa grossesse et les futurs changements qui en résultent.

Accouchement : quelles médecines douces choisir ?

En complément de l’équipe médicale comme la sage-femme ou le gynécologue / obstétricien, les femmes enceintes peuvent se faire accompagner par des praticiens de médecines douces.

La Sophrologie est une des pratiques les plus utilisées pour la préparation à l’accouchement du premier enfant.  À partir du 5ème mois, la maman pourra travailler sur des exercices de respiration pour mieux gérer la douleur. Grâce aux exercices de visualisation, la future maman pourra appréhender plus sereinement cet événement, en imaginant son bon déroulement. La gestion de la douleur et la visualisation positive sont deux axes qui permettent à la femme enceinte d’être moins stressée et anxieuse quant à l’accouchement.

L’Hypnose est une méthode thérapeutique réputée pour la diminution des douleurs. Une étude a montré que cette pratique permettait de significativement réduire la peur, l’anxiété et la douleur liées à l’accouchement. La femme peut apprendre l’auto-hypnose afin de changer son état de conscience pendant l’accouchement (l’hypnonaissance). Elle peut également accoucher sous hypnoanalgésie, pratique d’hypnose utilisée par les équipes de soin hospitaliers afin de prendre en charge la douleur, l’anxiété et les phobies liées aux soins. Le mari peut aussi réaliser une courte formation et ainsi participer davantage à la naissance de l’enfant. Si vous souhaitez rester consciente, des exercices d’imagerie mentale permettent aux femmes qui le désirent de rester éveillées lors de l’accouchement.

La Réflexologie quant à elle, permet aussi de réduire le stress lié à la grossesse. Les praticiens la recommandent afin de réduire les tensions émotionnelles et le rééquilibrage des énergies. De plus, cette pratiques permet une profonde relaxation et travaille également sur les insomnies et le stress.

L’Ostéopathie quant à elle peut être considérée comme une thérapie complémentaire permettant de réduire les nausées. Elle peut soulager les douleurs sciatiques et dorsales, ainsi que les troubles de circulation et maux de tête. Les séances d’ostéopathie doivent être suivies par la future maman de façon rigoureuse.

Comme autres pratiques, vous pouvez avoir recours au Yoga ou à la diététique. D’un côté, le yoga soulagera votre stress et certaines tensions émotionnelles, dénouera les tensions musculaires et articulaires. D’un autre côté, la Diététique vous apportera les conseils nécessaires en alimentation pour maintenir votre organisme en bonne santé.

Que ce soit pour tomber enceinte, pendant la grossesse ou après l’accouchement, en post-post-partum, se faire accompagner par un praticien est une très bonne idée pour accueillir un nouveau-né.

Les médecines douces ne remplacent pas un traitement médical. Consultez d’abord votre médecin en cas de maladie ou de malaise.