tca alimentation anorexie

ALIMENTATION ET TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

Anorexie

L’anorexie (mentale) est un trouble du comportement alimentaire connu. 20% des jeunes filles adoptent une restriction alimentaire dans leur vie, 2% deviennent anorexiques. Cette maladie grave nécessite un suivi et peut être accompagnée par les médecines douces.

Définition

L’anorexie est à distinguer de l’anorexie mentale. La première est un symptôme correspondant à une perte d’appétit, tandis que la deuxième fait partie des troubles du comportement alimentaires (TCA), comme la boulimie ou l’hyperphagie. Il n’y a, à l’inverse, pas de perte d’appétit mais un refus d’absorber de la nourriture. Associée à des troubles psychologiques, elle peut durer plusieurs mois voire plusieurs années, et entrainer la mort.

Il existe deux types d’anorexie. Celle de type restrictif et celle avec crises de boulimie. La première n’implique pas de recours à des attitudes purgatives (prise de laxatifs, vomissements, etc.), mais plutôt à une diète plus stricte renforcée par une hyperactivité physique et sportive. Par contre, l’anorexie avec crises de boulimie implique de se faire vomir et d’ingérer des purgatifs.

Ce trouble de l’alimentation touche généralement les adolescentes, entre 14 et 17 ans.

Les symptômes

Les symptômes qui se manifestent régulièrement sont notamment :

  • l’amaigrissement excessif avec un IMC inférieur à la normale
  • le refus de s’alimenter, dégoût pour la nourriture, phases boulimiques
  • l’aménorrhée (l’absence de règles) depuis 3 mois ou plus
  • le trouble de l’image avec une perception déformée de son corps
  • l’estime de soi avec la peur de grossir

De plus, la personne souffrante a un sentiment de mal-être, elle n’aime pas son image corporelle. Cette maladie impacte la santé mentale et physique. 

Les causes de l’anorexie sont psychologiques et génétiques. Les évènements personnels et traumatismes sont souvent à l’origine de ce trouble alimentaire. Deuil, divorce, séparation, isolation, conflit…

Conséquences sur la santé sont parfois désastreuses. Au-delà de la perte de poids, les carences en vitamines, minéraux, protéines ou acides gras peuvent entraîner de graves dommages. Perte de cheveux, vertiges, ostéoporose, perturbations neurologiques, troubles métaboliques… Cette maltraitance impacte tout le corps. Psychologiquement, les conséquences les plus courantes sont la dépression, les sautes d’humeur, des difficultés de mémorisation et de concentration, une baisse de la libido. La personne s’isole et se met en retrait.

Anorexie : les médecines douces recommandées

Les personnes souffrant d’anorexie nécessitent une prise en charge globale médicale et psychologique. L’hospitalisation peut être envisagée si l’état de santé se dégrade trop. Il faut être vigilant car les rechutes sont fréquentes.

La Psychothérapie psychodynamique aidera la personne anorexique à identifier les conflits interpersonnels, personnels, conscients et inconscients qui sont la source des troubles en question.

Il convient aussi de mettre en place un régime nutritionnel pour la reprise de poids. Grâce à la Diététique, le patient modifie progressivement son rapport avec  l’alimentation. On lui réapprendra à manger, à appréhender les aliments qu’il s’est lui-même interdit (il s’agit généralement du sucre, du beurre, etc.) Des informations sur la théorie du poids naturel lui seront apportées afin d’éradiquer la vision erronée qu’il en a.

En consultant en Sophrologie, vous allez pouvoir affronter sereinement votre maladie au travers d’exercices de relaxation et la maîtrise de votre mental. L’accompagnement du sophrologue peut aider à diminuer les sentiments de honte, d’impulsivité, de culpabilité, liés à l’anorexie en cas de crise de boulimie par exemple.

L’Hypnose fonctionne également pour les troubles du comportement alimentaire.

En définitive, on peut dire que l’anorexie est un trouble qui a des origines psychiques bien qu’elle impacte beaucoup plus le corps physique. Afin de soulager au mieux les anorexiques, un traitement basé sur la psychologie est suggéré. Vous pouvez également prendre rendez-vous avec un diététicien pour une meilleure orientation alimentaire, un praticien en sophrologie ou en hypnose.

Les médecines douces ne remplacent pas un traitement médical. Consultez d’abord votre médecin en cas de maladie ou de malaise.