On sacrifie notre santé pour faire de l'argent puis on sacrifie notre argent pour revenir à la santé.

Bouddah

Bonjour, je m’appelle Roxane. Je suis en forme et en bonne santé, mais cela n’a pas toujours été le cas.
Petite, j’étais littéralement accroc au sucre. Je ne buvais que du Coca, j’adorais le Nutella, je ne buvais pas une goutte d’eau et je n’avais pas d’activité physique. Je ne pensais qu’à manger et j’étais tout le temps fatiguée. Après un rendez-vous chez mon médecin, j’ai décidé d’aller voir une nutritionniste qui m’a tout de suite alertée : continuer comme ça et j’aurais des chances d’être diabétique.
J’ai alors décidé de tout changer. Je suis devenue sportive et calée en nutrition. Malheureusement, mes amis et ma famille n’ont pas pris les mêmes décisions que moi. Mon papa n’a jamais fait attention à sa santé et il est décédé d’un cancer du foie, en seulement 3 semaines. La cause d’après l’oncologue “le stress et l’alimentation”. On peut donc mourir de stress et de son alimentation. C’est dingue. Le problème c’est que mon père n’est pas un cas unique : le nombre de décès liés au cancers n’a fait qu’augmenter depuis les années 1950. Quand je vois mes amis et ma famille négliger leur santé sans penser aux risques qu’ils encourent, ça me donne envie d’agir.

En fait, je me suis rendue compte que j’avais été déçue de la médecine conventionnelle comme seul moyen de prendre soin de soi. Je donc décidé de me tourner vers des moyens plus naturels et d’agir en prévention. Le problème, c’est que c’est compliqué de se payer des séances de naturopathie ou d’ostéopathie à 70€ quand on est étudiant ou qu’on a pas beaucoup d’argent. Ces médecines douces ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale, beaucoup ne les connaissent pas encore. Moi, je suis tombée dedans depuis déjà longtemps et je me sentais frustrée de ne pas pouvoir en profiter comme j’aimerais, à cause du prix. En faisant quelques recherches, je me suis rapidement rendue compte que je n’étais pas la seule dans ce cas : le prix est le principal frein à l’achat de médecines douces en France.

J’ai donc envie d’aider les gens qui, comme moi, n’ont pas eu d’éducation dans ces domaines, à être en meilleur santé et à éviter le pire. J’ai voulu trouver un moyen de rendre ces médecines douces plus accessibles et faire prendre conscience de l’importance de sa santé. J’ai beaucoup réfléchi, beaucoup travaillé, pour aujourd’hui pour proposer Pungao.

Que veut-dire "Pungao" ?

L’entreprise de mon père s’appelait Kingi, ce qui veut dire “roi” en Maori, en référence à mon nom de famille. J’ai vécu en Australie, j’ai voyagé en Nouvelle-Zélande, et j’ai beaucoup aimé la culture Maori. À coté de ça, pour moi, l’énergie et la vitalité sont les symboles d’une santé optimale. Quand j’ai de l’énergie, je me sens bien, prête à affronter la vie !

Énergie en Maori, ça se dit Pungao.